Le relèvement du taux d’emploi des seniors comme condition de réussite de la réforme

11 janvier 2023

L’un des débats nationaux les plus importants ces derniers temps porte sur le thème de l’employabilité des 50 ans et plus sur le marché du travail au travers de la réforme des retraites.
Le sujet retient beaucoup l’attention car les seniors représentent plus de 20% de la population française.

Petit retour en arrière

Dans les années 80-90-2000, la généralisation des départs en pré-retraite devait solutionner le chômage des plus jeunes. Résultat ce fut un échec avec un taux de chômage a augmenté à chaque bout de la chaîne (les – de 25 ans et les + de 55 ans)

Aujourd’hui,

alors que nous connaissons les contours de la future réforme des retraites quelles en sont les grandes lignes pour l’employabilité des seniors ?

Le plan de Matignon est le recul progressif de l’âge légal de départ à la retraite pour atteindre 64 ans d’ici à 2030 (augmentation d’un trimestre par an) mais cela n’aura aucun sens si les seniors n’ont pas d’emploi ; Le risque est d’augmenter la durée de chômage des seniors.

Le point noir de l’économie française reste donc le taux d’emploi des seniors

Pour remédier à cela, le gouvernement va devoir se pencher sur l’employabilité des seniors. La piste envisagée, mais qui ne fait pas l’unanimité auprès des partenaires sociaux, réside dans la création d’un index seniors sur le modèle de l’index de l’égalité professionnelle. L’enjeu de tels indicateurs serait de réaliser un suivi du taux de recrutement des plus de 50 ans, de vérifier l’existence d’un parcours certifiant l’acquisition de nouvelles compétences, la préparation à de nouveaux métiers pour les 45-54 ans ainsi qu’un focus sur l’accès à la formation, la mobilité professionnelle (évolution de carrière) et l’aménagement du temps de travail pour les plus de 55 ans.

L’index seniors aurait pour but d’encourager les entreprises à garder leurs salariés les plus âgés.

Une question reste en suspend sur les sanctions, les pénalités, les aides ou les incitations qui seront mises en place !

Toutefois cela ne relève pas uniquement des instances gouvernementales, les entreprises ont également leur rôle à jouer. Il devient donc urgent de changer la perception de la séniorité au travail. C’est non seulement bon pour l’équilibre des retraites, mais surtout et aussi pour la performance globale des entreprises, la sauvegarde et la transmission des compétences et savoirs, la consommation, le retraité et sa santé. Et rendre aussi notre société plus inclusive.
En effet, les salariés plus expérimentés sont souvent mal-aimés des employeurs. Prétentions salariales trop élevées, pas assez formés aux nouvelles technologies, pas assez souples… De nombreux freins et préjugés mettent des bâtons dans les roues des seniors en recherche d’emploi

Remettre les seniors au coeur du travail

Pourtant, les seniors sont avant tout des salariés expérimentés, qui ont des qualités utiles aux entreprises. Ce sont des personnes qui ont de grandes qualités relationnelles, ce qu’on appelle les « soft skills », qui ont de grandes capacités d’adaptation, qui résistent bien au stress, qui abordent les problèmes de façon plus sereine, qui savent travailler en équipe, qui sont tout de suite opérationnels, qui sont plus autonomes. Ce sont surtout des profils qui, dès lors qu’ils retrouvent un emploi, vont être beaucoup plus fidèles dans le poste car ils savent qu’il est difficile de retrouver du travail. Ils vont donc rester beaucoup plus longtemps, il y aura moins de turnover avec ces profils. D’ailleurs l’argument selon lequel les plus de 50 ans n’auraient qu’un usage limité des nouvelles technologies serait un préjugé daté, mais de nos jours de nombreux salariés de plus de 50ans travaillent régulièrement sur ordinateurs et téléphones portables.

Dans un contexte de pénurie de main d’œuvre qualifiée qui s’installe dans de nombreux secteurs d’activités, un index seniors pourrait-il changer la perception de la séniorité au travail. Un meilleur taux d’emploi des seniors serait non seulement bon pour l’équilibre des retraites, mais surtout et aussi pour la performance globale des entreprises, la sauvegarde et la transmission des compétences et savoirs, la consommation, le retraité et sa santé. Et rendre aussi notre société plus inclusive.
D’autres pistes d’amélioration pour les seniors sont en cours d’étude notamment sur le cumul-emploi retraite, la création d’un fonds de prévention de l’usure professionnelle…

Vous avez aimé ? N'hésitez pas à partager cet article !